Centre Historique Belge du Scoutisme - Belgisch Historisch Centrum voor Scouting

Histoire du scoutisme et du guidisme belges - Biographie


Jean Hauman 

(Uccle, 12 septembre 1916, Woluwe-Saint-Pierre, 9 septembre 2014)


Totem scout : Renardeau moqueur

Le 9 septembre dernier, presqu'à la veille de son 98ème anniversaire, Jean Hauman nous a quittés.  

Après avoir été scout aux BSB et membre d'une équipe d'unité GCB avec son épouse Jeannine, Jean avait rejoint l'équipe qui, à partir de 1988, a redonné vie au CHBS après le décès de son fondateur Julien Mascré. 

Il en avait assuré l'animation et le développement pendant de longues années, entouré d'une solide équipe évoluant au fil du temps, mais surtout ensemble avec son fidèle compagnon Firmin De Muynck.  

Equipe CHBS - 1993
L'équipe du CHBS en 1993

 

Jean Hauman CT en 1935
Chef de troupe de la 57e BSB, XL2, en 1935.

Premier président de l'asbl du CHBS en 2006, il avait en 2008 passé la main à une génération plus jeune, tout en restant membre effectif et en demeurant très attentif et actif en coulisses.  

Il nous manquera beaucoup. 

Jean Hauman 2012
 Aux Portes Ouvertes 
du CHBS en avril 2012. 

Parcours scout

Jean Hauman naît le 12 septembre 1916 à Uccle.  En septembre 1928, il entre comme scout à la 1ère BSB (Bruxelles), dans la patrouille des Chouettes.  Son chef de troupe est Pierre Vin, un des assistants est Pierre Van Halteren.

En mars 1929, il passe à la 56e BSB d'Ixelles, créée par Adrien Weiler et Jean Weil quatre jours plus tôt.  A Pâques, il fait son premier camp scout et en mai, il participe à son premier Champ de Mai (à Ostende).

Jean Hauman au Champ de mai en 1929
Le Soir illustré, 1929, Le Champ de mai d'Ostende

Lors du camp de troupe à Poix-Saint-Hubert au mois d'août, il est totémisé "Renardeau Moqueur".  Il racontait : " Autour du feu de camp, seuls ceux qui avaient déjà un totem, se réunissaient pour choisir le totem d'un jeune scout, ayant fait sa promesse et  présent à la troupe depuis quelques temps.   Le choix fait,  ceux n'ayant pas de totem étaient alors appelés à prendre place autour du feu.  Le nouveau totem leur était révélé et le totémisé invité à sauter au-dessus du feu.  On chantait : « Par le manitou notre très grand sachem, pour toujours tu as accepté ce totem ! ».  

En 1930, il prend part au camp international de Liège.   Il devient second de patrouille, dans la patrouille des Ecureuils, puis CP de la patrouille des Pinsons.  Progressivement, il devient 1er CP et assistant.

En 1935, le groupe d’Ixelles créé une seconde troupe, la 57e BSB ou XL 2. 

57ème Troupe BSB Ixelles
La 57e BSB, XL 2 en 1936.

Jean en devient le chef de troupe à 18 ans. 

En août 1936, il participe avec sa troupe au Camp national de Villers-sur-Lesse.   Il quittera ses fonctions de chef de troupe en 1937 tout en participant encore à l’une ou l’autre activité. 

Jean hauman et Raymond Motquin
Jean Hauman (57e) et Raymond Motquin (56e), 
avec le drapeau des BSB en 1936.

Après avoir effectué son service militaire au 1e régiment des Grenadiers à Bruxelles, il se réengage comme volontaire de carrière au 1e Carabinier-Cyclistes, à Bruxelles, surnommé « Les Diables noirs » en raison de leur attitude courageuse lors de la première guerre mondiale. Il devient caporal puis sergent pendant que son frère Pierre, également ancien Boy Scout de Belgique et de cinq ans son aîné, sort de l’Ecole Royale Militaire et est affecté, comme sous-lieutenant au très prestigieux 1er régiment de Lanciers, caserné à Spa.

Ils participent l’un comme l’autre au Pied de Paix Renforcé (PPR) et sont donc mobilisés du 27 septembre au 1e octobre 1938, lorsqu'une bonne moitié de l’armée belge est mise sur pied de guerre, suite à la dégradation de la situation internationale provoquée par Hitler: annexion de l’Autriche en mars 1938 et le risque de démembrement de la Tchécoslovaquie.

Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, Jean combat dans le 1e Carabiniers-Cyclistes, puis est fait prisonnier de guerre.  Il passera plusieurs années en captivité au Stalag IX C, ne rentrant en Belgique qu'après le fin de la guerre.  

Il épouse alors Jeannine Sevrain, ancienne des GCB.   Il poursuit sa carrière militaire, qui le fera Capitaine-Commandant d'Aviation. 

Jean et Jeannine auront trois filles, qui entreront à la 47e GCB (Sainte-Famille, Schaarbeek).  Ils se mettront à la disposition de cette unité et oeuvreront souvent pour les endroits de camp, la gestion du matériel, les fêtes d’unité. 

Dans les années 1980, Jean rejoint Chanter ensemble et entre ainsi en contact avec les SGAB (Scouts et Guides Adultes de Belgique).

Parcours au CHBS

Le CHBS est créé en mars 1986 par Julien Mascré, alors président de la fédération des anciens scouts et guides catholiques belges francophones.  Julien Mascré décède toutefois quelques mois plus tard, laissant un centre à peine ébauché, déjà localisé à la station de Roodebeek.

En décembre 1987, suite à l’initiative d’André Dolphens, président des SGAB, le centre est réactivé et Jean Hauman rejoint l’équipe qui va faire revivre le CHBS.  Pendant plusieurs années elle va travailler dans l’ombre afin de nettoyer, ranger, classer le matériel qui commence à arriver.  Dès 1988, des expositions sont organisées dans divers lieux (Champs de Mai, activité SGAB à Beloeil, Expo de routiers FSC à Woluwé, Dîner de l’amitié à Marche-en-Famenne, etc.)  

Jean Hauman    Jean Hauman - 1990
La bibliothèque du CHBS à l'arrivée de Jean en 1988... et deux  ans plus tard, après intervention de Jean et de son équipe ! 

Dès 1988 aussi, la gestion du centre est effectuée tant par des anciens issus des pluralistes (SGAB) que des catholiques (Fegaseg).  En 1989, une tentative de fusion  a lieu avec les ANS à Leuven (aujourd'hui Musée Scout et Guide de Leuven), mais celle-ci échoue finalement et SGAB et FEGASEG signent une convention pour un centre indépendant, avec le souhait d’une bonne collaboration avec les ANS.  

Le CHBS prend alors son nom définitif « Centre Historique Belge du Scoutisme » et s’ouvre au public, au départ uniquement sur rendez-vous.  De 1988 à 1990, l’essentiel du classement y est effectué par Jean Hauman et Jean-Luc Herrin, à partir de mars 1990, ce seront surtout Jean Hauman et Firmin De Muynck qui y oeuvreront jusqu’au décès de Firmin.  

En 2006, le CHBS devient une association sans but lucratif.  Des "(plus) jeunes" (Thierry Scaillet, Claire-Anne Spiltoir, Luc Marcovitch, Cécile Dewaele, Kathleen Peereboom, Luc Rubben, Sophie Wittemans) rejoignent "les anciens", à savoir Jean ainsi que Jean et Josette Vander Zanden pour ce nouvel épisode de l'aventure. 

Jean restera président du CHBS jusqu'en 2008 pour devenir ensuite vice-président puis renoncer à son mandat d'administrateur.  Il continuera toutefois à assurer les permanences du jeudi (puis mercredi) jusqu'en 2012.  

Ces deux dernières années, il suivait encore le CHBS de chez lui au jour le jour par mail et coups de téléphone, tandis qu'il prenait plaisir à fouiller dans les documents et inventaires partagés sur Dropbox.  Il était toujours là pour donner un avis, aider à une identification ou à une localisation de document ou d'objet grâce à son excellente mémoire.  Quelques jours avant de s'en aller sur la pointe des pieds, il indiquait encore à la présidente actuelle où trouver le document de répartition des tâches pour la participation à la Bourse des collectionneurs de Leuven sur Dropbox...

Le CHBS lui doit beaucoup.  Merci Jean. 

                                                       Sophie Wittemans et Luc Marcovitch

Sources

  • Un scout, une œuvre : Jean Hauman, in Retrouver la Piste, 10, avril-mai-juin 1991, pp. 2 à 9.
  • Dossier militaire. 
  • Entretiens divers avec Jean Hauman. 
  • Photos CHBS et collection privée Hauman. 

 

 

 

 

© CHBS ASBL  |  Contactez-nous  |  Dernière mise à jour : 25 Mar 2017  | Webmaster