Centre Historique Belge du Scoutisme - Belgisch Historisch Centrum voor Scouting

Comptes-rendus de colloques consacrés à l'histoire du scoutisme et du guidisme

Renouveler l'histoire du Scoutisme. Archives et perspectives - 16 novembre 2007, Paris, Archives nationales, Hôtel de Rohan

Journée d'étude organisée dans le cadre du PAJEP (Pôle de conservation des archives de la jeunesse et de l'éducation populaire). Le projet consistait à croiser les points de vue d'archivistes et d'historiens pour voir dans quelle mesure l'histoire du scoutisme (et plus largement l'histoire de l'éducation populaire) peut désormais explorer de nouvelles sources et de nouvelles problématiques.

Programme  

Mardi 18 décembre 2012 à Utrecht (Pays-Bas)

Titre : Girl Power: How women's interventions propelled the internationalization of Scouting

par Elleke Boehmer, professeur de littérature mondiale à Oxford

When in the years following its first publication Robert Baden-Powell’s primer Scouting for Boys (1908) generated the soon-to-be global Scout movement, intended in part to secure the empire, it also disseminated principles of brotherhood and fellowship around the world.  These principles, which the Father of Scouting, a convinced British imperialist, had derived from like-minded thinkers like Cecil John Rhodes and Rudyard Kipling, he alchemized through the medium of his charismatic text.  Interestingly, one of the audiences to which his primer strongly appealed and who both registered and amplified its charisma, differed markedly from the book’s target male addressees. They were girls and young women, the daughters of the New Woman generation of the 1890s, who found that many of Scouting’s core activities and values related to the ideas of bodily liberation, self-assertion and female independence that motivated them.  The paper will consider how the perceived interpellation and involvement of women strengthened and widened Scouting’s networks in the years leading up to the First World War.  It will round off by exploring how women in the Anglophone world and beyond not only contributed to the internationalization of Scouting in these years, but also helped to heighten its culturally subversive and democratizing effects. 

Détails du programme et renseignements pratiques

<

"Toujours prête ou toujours prêt ? Le Guidisme comme lieu d’éducation unisexe et coéduquée", à Mozet (GCB), le 22 octobre 2005.  Colloque organisé à l'occasion du 90ème anniversaire des Guides Catholiques de Belgique. 

Le 22 octobre 2005, les Archives du monde catholique (ARCA) du Département d’histoire de l’Université catholique de Louvain (UCL) ont organisé, en partenariat avec la Commission Histoire des Guides catholiques de Belgique (GCB), une journée d’études sur l’histoire du guidisme en Belgique, à l’occasion du 90e anniversaire des guides catholiques. Intitulée « Toujours prête ou toujours prêt ? Le guidisme comme lieu d’éducation unisexe et coéduqué », la journée a eu pour objectifs d’analyser les spécificités du mouvement guide par rapport à son homologue masculin et d’aborder la question de l’introduction de la coéducation en son sein. Le colloque s’est tenu au domaine de Mozet près de Namur et a rassemblé un peu plus d’une soixantaine de participants. Il s’inscrit dans la ligne du premier colloque tenu sur l’histoire du scoutisme en Belgique, organisé par l’ARCA à Louvain-la-Neuve le 25 octobre 2002.

Placée sous la présidence de Marie-Thérèse Cheroutre, auteur d’une thèse sur « Le scoutisme au féminin. L’histoire des Guides de France, 1923-1998 » (publiée au Cerf), la matinée a débuté par une mise au point de Guy Zelis (UCL) sur l’émergence et l’actualité de la recherche sur la notion de « genre », à savoir l’invention du concept et son apport à l’histoire de l’éducation et de la formation. Sophie Wittemans (GCB) a présenté ensuite une analyse épistémique et philosophique, fondant tant l’émergence du mouvement guide catholique féminin en 1915, - créé par le prêtre capucin Augustin Verpoorten, dit « père Melchior » - , que son ouverture à la coéducation en 1979, sur une acception spécifique du concept de « sujet ». La communication de Kristine Alexander (York University – Toronto) a permis de comparer cette expérience au mouvement guide canadien, créé en 1910, lui-même confronté à des questions d’adaptation par rapport à la population aborigène, aux cultures propres, notamment religieuses, des anglophones et des francophones, ainsi qu’aux différents groupes d’immigrants composant la population. 

Précédant le déjeuner, le côté festif de la journée fut assuré par la présence du Géant Baden-Powell, fondateur du scoutisme en 1907 et du guidisme en 1909, en provenance de la ville d’Ath où il a intégré le folklore local depuis 1998.

Sous la direction de Jean Pirotte (UCL), qui a encouragé le développement des recherches sur le scoutisme en Belgique francophone, l’après-midi a démarré avec une intervention de Thierry Scaillet (UCL) sur la présence des femmes au sein de la Fédération des Scouts Catholiques depuis 1929, année où apparaissent les premières cheftaines de louveteaux pour encadrer les jeunes de 8 à 12 ans, jusqu’en 1979, date à laquelle la coéducation devient une des options pédagogiques de la fédération. Compte tenu des nombreux débats que suscitera la mixité dans les milieux catholiques, ce panorama s’accompagne d’éclairages sur les réflexions ou expériences de coéducation menées de manière plus précoce dans d’autres mouvements de jeunesse, comme les scouts pluralistes. Ce recadrage temporel a été suivi d’une analyse iconographique de la place prise par l’élément féminin au sein des illustrations des revues scoutes et guides catholiques par Anne Fachinat (UCL), une recherche graphique et esthétique qui a permis d’investir le monde des représentations de ces deux mouvements. Laurent Déom (UCL) a mené ensuite une approche similaire, mais dans le champ de la littérature, à la recherche d’une hypothétique féminité dans les romans scouts, où le féminin en tant que genre est bien présent dans la construction de personnages, apportant un regard complémentaire sur la « culture » scoute.

Les deux dernières contributions se sont davantage positionnées par rapport à l’actualité du mouvement. Michel Verstraeten (ULB) s’est ainsi interrogé sur les rouages et les jeux d’influence à l’œuvre dans ce type d’organisation bénévole et féminin, en particulier sur les efforts de gouvernance des décideurs du mouvement. En tant que cheftaine fédérale, Sylvie Roberti (GCB) a clôturé la journée avec une communication sur les enjeux d’un mouvement féminin ouvert à la coéducation au 21e siècle. 

Marie-Thérèse Cheroutre et Jean Pirotte ont ensuite assuré les conclusions de la journée d’études. Il serait difficile de relever ici l’ensemble des apports des communications présentées. Relevons, toutefois, l’originalité de cette journée d’études qui est la première à s’intéresser spécifiquement à l’histoire du guidisme en Belgique, mais aussi à s’interroger sur la problématique de la coéducation dans les mouvements de jeunesse, un champ d’investigations qui reste encore aujourd’hui fort centré sur le monde scolaire et le terrain professionnel. Les actes du colloque paraîtront vers la fin de l’année 2006. Avec « Entre jeux et enjeux. Mouvements de jeunesse catholiques en Belgique, 1910-1940 » (2002) et « Scoutisme et guidisme en Belgique et en France. Regards croisés sur l’histoire d’un mouvement de jeunesse » (2004), ces actes constitueront le troisième volume de la collection Sillages de l’ARCA, éditée en collaboration avec Académia-Bruylant, consacré à l’histoire des mouvements de jeunesse catholiques en Belgique.

Les actes de ce colloque ont été publiés : Thierry SCAILLET, Sophie WITTEMANS et Françoise ROSART (dir.), Guidisme, scoutisme et coéducation. Pour une histoire de la mixité dans les mouvements de jeunesse, Louvain-la-Neuve, Arca – Academia Bruylant, 2007, 306 p.

 

 

 

 

 

© CHBS ASBL  |  Contactez-nous  |  Dernière mise à jour : 25 Mar 2017  | Webmaster