Centre Historique Belge du Scoutisme - Belgisch Historisch Centrum voor Scouting

Histoire du scoutisme et du guidisme belges: le scoutisme en Belgique


Fondé en 1907 par l’officier britannique Robert Baden-Powell, le scoutisme est un mouvement de jeunesse, initialement destiné aux garçons adolescents, qui vise à développer le civisme des jeunes par la formation de leur caractère. Pour Baden-Powell, cet apprentissage passe par le développement de la santé physique et morale, de l’intelligence concrète, de l’habileté manuelle, du caractère personnel et de la dimension spirituelle de chacun. Pour réaliser concrètement cette formation, Baden-Powell s’appuie sur le jeu, le système des patrouilles et le système des badges, qui encouragent une évolution progressive des jeunes par l’auto-éducation, la prise de responsabilités et l’éducation par le jeu, toute une formation qui se réalise en plein air et dans la nature, ce qui donne un cadre attrayant à la méthode.

Le scoutisme se répand rapidement dans les colonies anglaises et par-delà la Manche et l’Atlantique, où se crée une multitude d’associations, pluralistes ou confessionnelles, aujourd’hui regroupées au sein de l’Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS). Il fait son apparition en Belgique dès 1910 avec la création d’une première association scoute pluraliste, les Boy-Scouts de Belgique (BSB). Deux années plus tard, en 1912, les catholiques se lancent à leur tour dans l’aventure avec la fondation des Belgian Catholic Scouts (BCS) qui adoptent, dès 1913, la dénomination de Baden-Powell Belgian Boy-Scouts (BPBBS).

Les années vingt se révèlent surtout une période de fondation pour ces deux mouvements qui, outre le fait de devoir apprivoiser une opinion publique qui leur est encore hostile, doivent approfondir leurs méthodes, notamment suite à la création du louvetisme pour les plus jeunes en 1916 (8-12 ans) et du routisme pour les aînés (18 ans et plus) en 1920. Pour favoriser leur extension en Flandre, les scouts catholiques décident également de se scinder en deux ailes linguistiques autonomes à partir de 1929. C’est la naissance de la Fédération des Scouts Catholiques (FSC) pour les francophones et du Vlaams Verbond der Katholieke Scouts (VVKS) pour les néerlandophones. Ces mises au point permettent aux scouts pluralistes et catholiques de considérablement progresser au cours des années trente, de même qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, où tous les mouvements doubleront pratiquement leurs effectifs en cinq ans, pour atteindre un total de près de 45.000 scouts en 1945.

L’immédiat après-guerre voit par contre un tassement et même un recul des effectifs scouts jusqu’au début des années cinquante, à partir desquelles la croissance reprendra de plus belle jusqu’à la seconde moitié des années nonante. En attendant, scouts et guides pluralistes décident de s’unir en 1945 pour fonder les Boy-Scouts et Girl-Guides de Belgique (BSB-GGB), une union nationale qui se maintiendra 21 années avant une scission linguistique en 1966. Les francophones formeront alors la Fédération des Eclaireurs et des Eclaireuses (FEE), devenue l’association des Scouts et Guides Pluralistes (SGP) de Belgique depuis 1992, tandis que les néerlandophones se regrouperont en une Federatie voor Open Scoutisme (FOS). Ce premier regroupement éducatif fait des émules en 1973, les scouts catholiques néerlandophones décidant de s’unir à leurs consœurs catholiques, ces dernières s’étant d’autre part scindées de leurs homologues francophones en 1961, pour former la Vlaams Verbond van Katholieke Scouts en Meisjesgidsen (VVKSM).

Les années soixante et septante amorcent de profondes mutations, qui se traduiront notamment par la création de nouvelles sections (entre autres pour les 6-8 ans et pour le groupe plus spécifique des 16-18 ans) et par l’introduction de nouvelles méthodes pédagogiques, ainsi que par l’adoption de la coéducation et de la mixité. Suite à la sécularisation croissante de la société, les mouvements catholiques atténueront également leur spécificité religieuse au profit d’une formation spirituelle plus personnalisée et ouverte. C’est à ce titre que les scouts catholiques francophones ont décidé de changer de dénomination en 1999 pour devenir Les Scouts – Fédération catholique des Scouts Baden-Powell de Belgique (FCS), et que VVKSM devient Scouts en Gidsen Vlaanderen en 2006.

Depuis le 1er septembre 2008, Les Scouts, anciennement la FSC, ont définitivement abandonné le « C » de leur dénomination, pour devenir la Fédération des Scouts Baden-Powell de Belgique. Préparée depuis 1999, cette évolution est l’aboutissement d’un long processus, ponctué par exemple par le retrait de la fédération du Conseil de la Jeunesse Catholique au début des années 2000, et qui a conduit le mouvement à atténuer, puis à faire disparaître, ses origines chrétiennes dans son appellation

L’association Guidisme et Scoutisme en Belgique (GSB), qui réunit les différents mouvements scouts et guides reconnus par les instances mondiales, regroupait, en 2007, plus de 150.000 jeunes, révélant un taux de « scoutisation » de la jeunesse belge parmi les plus élevés d’Europe, même si le mouvement a connu également pendant quelques années un recul de ses effectifs qui reste à expliquer.

Parallèlement à ces mouvements reconnus, de petites fédérations ou groupuscules scouts indépendants ont également vu le jour dans nos régions. D’obédiences ou finalités diverses, ces groupes rassemblent le plus souvent un nombre limité d’adhérents. La section belge de l’Association des Guides et Scouts d’Europe (AGSE), de tendance catholique, est la plus importante de ces fédérations, avec aujourd’hui à peu près 1200 membres.

Thierry SCAILLET

 

© CHBS ASBL  |  Contactez-nous  |  Dernière mise à jour : 25 Mar 2017  | Webmaster